Jardinage

Rouille

Rouille


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Plantes de rouille


Ce pathogène apparaît au début du printemps et a son maximum en juin. Les conditions optimales pour le développement de ce mycélium sont la présence d'eau et des températures allant de 18 à 24 °.
Il se manifeste par la formation de petites taches jaunes sur la face supérieure de la feuille, tandis que dans la partie inférieure, nous pouvons voir des fragments de poudre jaune. Au fil des jours, ces taches deviennent de plus en plus sombres jusqu'à devenir noirâtres. Cette maladie, si elle est présente de façon massive sur une plante, provoque une stase végétative et un jaunissement. De plus, la rouille ne provoque presque jamais la mort immédiate de la plante, qui périt lentement, complétant le cycle végétatif.
Les principales plantes touchées par cette maladie sont: les sapins, les clématites, le géranium, la rose, la pêche.
Pour que les conditions idéales du champignon se reproduisent facilement, la défense doit être effectuée de manière préventive et répétitive. Les ingrédients actifs les plus utilisés dans la lutte sont les fongicides tels que le cuivre et les produits contenant du zinc, tels que le zineb et le zirame. Produits à pulvériser en cas de maladie tous les 10-15 jours et à titre préventif tous les six mois.

Rouille des plantes



la rouille rose il a été décrit et identifié pour la première fois en 1665 et est répandu dans le monde entier, en particulier en Amérique du Nord et en Europe. Pour cette plante, ce n'est certainement pas une pathologie de première importance, sauf dans des zones pédoclimatiques spécifiques. En fait, le champignon a besoin de températures spécifiques et d'un degré d'humidité particulier en raison de la germination des spores, de la progression de l'infection et de la survie.
Il peut devenir une pathologie fréquente dans les zones très fraîches et à forte humidité, comme les zones alpines. Les champignons à la base du développement du rouille rose ils sont neuf et appartiennent au genre Phragmidium. Ce n'est qu'alors que P.mucronatum et P.tuberculatum deviennent des agents pathogènes habituels dans les roses cultivées (par exemple dans l'industrie des fleurs coupées).
Certaines espèces de roses sont particulièrement sujettes à cette maladie: les hybrides de thé, les hybrides grimpants, les hybrides perpétuels et d'autres types particulièrement caractérisés par de grandes folioles coriaces. Même les sujets utilisés comme porte-greffes peuvent être sensibles: par exemple ce sont la Rosa Alba, la rose des chiens, la rose Laxa. La présence d'un support inadapté peut provoquer de fortes attaques et défoliation contre la rose, surtout en fin d'été.
Habituellement, les premiers symptômes apparaissent sur les feuilles basales et se propagent vers le haut jusqu'à ce que les conditions climatiques restent optimales pour son développement.
Si nous vivons dans une zone aux caractéristiques climatiques prédisposées, nous portons donc une attention particulière au porte-greffe choisi par le pépiniériste. Finalement, nous pouvons également nous concentrer sur les plantes résistantes reproduites simplement par boutures apicales.

Symptômes de rouille



Au début du printemps, de petites taches de rouille poudreuse apparaissent sur la face inférieure des feuilles. En quelques jours, sur le devant de la feuille, vous remarquerez des taches jaunes: progressivement les taches s'élargissent et deviennent même confluentes. La quantité de poussière augmente et la couleur devient de plus en plus orange. Sur le devant, la feuille prend une couleur complètement jaune et orange et la forme se courbe. La "fructification" de la rouille (aecia) mesure environ un millimètre de diamètre et est parfois entourée d'un halo jaune pâle ou rougeâtre.
Le champignon peut également affecter les pousses, les sépales et les fruits. Sur les jeunes tiges, les lésions apparaissent longues et étroites et peuvent être à l'origine d'une croissance tordue, peu vigoureuse et de l'avortement des bourgeons.
Malheureusement, au printemps, les symptômes sont souvent peu visibles et sont donc ignorés ou sous-estimés.
La phase estivale de la maladie, cependant, est la plus évidente et cause des dommages plus graves à la fois du point de vue de la productivité et de la survie future du sujet.
De très petites pustules rouge-orange se forment qui contiennent les spores jaune-orange, à la fois sur la face inférieure des feuilles et sur les pétioles. La phase estivale est cyclique et peut être répétée tous les 10-14 jours avec une météo favorable. Les feuilles sont continuellement réinfectées par les spores produites par les pustules. Les feuilles gravement atteintes peuvent se tordre et se flétrir, tombant 5 à 10 jours après les premiers signes d'infection. Les jeunes pousses se déforment et prennent une couleur rougeâtre. Ces symptômes sont suivis d'une baisse générale de la vigueur des plantes. Dans les climats tempérés, où il n'y a jamais de températures rigides (comme dans le sud ou sur la côte), cette phase peut durer toute l'année. Dans les régions, des spores noires plus froides commencent à se former sur les feuilles et les tiges à la fin de l'été ou au début de l'automne et remplacent progressivement les oranges. La coloration générale de l'appareil foliaire prend des couleurs allant du brun foncé au noirâtre. Les pustules noires peuvent apparaître sur les tiges comme des incrustations.

Le cycle de la maladie



Au printemps, les spores noires (plus résistantes, étant donné qu'elles ont la capacité d'hiverner dans les pustules noires, sur les feuilles mortes ou sur les branches) germent et produisent d'autres spores brunes. Ceux-ci sont transportés par les courants d'air et infectent d'abord les jeunes feuilles et les jets de roses.
Le développement commence dans le tissu végétal grâce à plusieurs mycéliums qui produisent un appareil d'infiltration: à l'œil nu, ils sont mis en évidence comme de très petites taches circulaires rouge-orange à l'arrière de la feuille, au printemps. À ce point de départ, une autre étape du mycélium se développe et vous obtenez les grosses pustules vers le début de l'été. À l'intérieur de celles-ci, il y a la maturation d'autres spores numérossisimes. Quand ils sont prêts, la pustule explose et propage l'infection dans l'air. Si à leur tour ces spores atteignent d'autres feuilles et que les conditions climatiques sont favorables, la maladie se propage de plus en plus. La pénétration et l'infection se produisent plus facilement à l'arrière des feuilles. Les nouvelles pustules apparaissent dans les 10 à 14 jours. À la fin de l'été, il y a l'apparition de spores noires résistantes au froid et cela complète le cycle. Avec des hivers doux, la dernière phase peut également être ignorée et la production de spores estivales se poursuit.

Facteurs climatiques



La germination de tous les types de spores (printemps, été et hivernage) ne se produit que si la surface de la plante reste constamment humide en raison de la pluie, du brouillard ou de la rosée et que la température est idéale. Tous les types de spores peuvent germer dans une gamme de températures allant de 6 ° C à 27 ° C, mais les conditions idéales se situent entre 15 ° C et 21 ° C. Au-dessus de 28 ° C (donc presque partout en Italie pendant l'été), il n'y a pas de germination, mais les spores peuvent survivre jusqu'à une semaine.
C'est pourquoi le problème ne devient particulièrement grave que dans les zones de montagne, où ces températures ne sont jamais atteintes. Dans presque tout le reste de la péninsule, l'infection est bloquée à l'arrivée de juillet et août. Elle peut cependant redevenir un problème majeur sur les côtes et dans le Centre-Sud de l'automne au printemps.

Prévention de la rouille



De bonnes pratiques agronomiques sont essentielles pour éliminer les sources d'infection.
- Il est essentiel d'essayer d'introduire des plantes naturellement résistantes à cette maladie dans le jardin, dans le jardin et dans le verger. Nous n'achetons que des plantes sélectionnées et auprès de détaillants sérieux et spécialisés. Si nous vivons dans une zone particulièrement sujette à ce problème (en particulier pour des raisons climatiques), nous devons également savoir en détail quels porte-greffes sont utilisés et nous n'achetons que si des espèces résistantes sont utilisées ou si la reproduction a lieu par boutures apicales.
- Nous examinons attentivement chaque nouvelle plante que nous introduisons dans le jardin. Si nous trouvons des traces de rouille, nous éliminons toutes les parties concernées et les détruisons (éventuellement en les brûlant, si la réglementation municipale le permet, sinon en les amenant dans les zones vertes de collecte).
- Nous enlevons et détruisons toutes les feuilles infectées qui apparaissent au printemps. Nous ne travaillons ni ne déplaçons le feuillage par temps humide ou par temps de pluie.
- nettoyer soigneusement toute la roseraie avant l'hiver. Nous collectons et détruisons toutes les vieilles feuilles, même celles encore sur les branches. Nous taillons toutes les branches affectées en hiver ou au début du printemps, mais avant l'apparition du nouveau feuillage. Ces pratiques, si elles sont suivies avec précision, devraient éliminer complètement le stade d'hivernage du champignon.
- si nous pouvons nettoyer les roses sauvages ou négligées autour de notre maison. Ils sont souvent la première source d'infection pour les plantes ornementales.
- dans les serres, nous essayons toujours de ventiler pour éviter que l'humidité résultant de la condensation ne se dépose sur les feuilles. Nous évitons d'arroser avec de la pluie, avec de l'eau descendant d'en haut, surtout en fin d'après-midi ou en soirée. Nous utilisons des tubes d'irrigation goutte à goutte qui, en plus d'aider à économiser l'eau, préviennent ces problèmes.

Produits de prévention et de cure de la rouille



Si les stratégies suggérées ne parviennent pas à contrôler la rouille, il peut être nécessaire de distribuer un fongicide tous les 7 à 10 jours.Il est important de se rappeler que toute la partie aérienne doit être recouverte par le produit, en particulier la page inférieure des feuilles. Les applications commencent dès l'apparition des premiers bourgeons et se poursuivent jusqu'en juillet. Vous pouvez ensuite reprendre en septembre pour terminer en novembre.
Les produits mouillables, à répartir jusqu'à l'égouttement, sont plus efficaces que ceux sous forme de poudre car il y a plus d'adhérence et de persistance. Si le millésime est particulièrement pluvieux, il peut être nécessaire de procéder également tous les 4 jours.
Avant l'hiver, vous pouvez également vaporiser le sol environnant avec le mélange afin de tuer les éventuelles spores d'hivernage.
Les ingrédients actifs les plus efficaces sont: le myclobutani, le tébuconazole et le triticonazole. Pour la prévention et dans l'agriculture biologique, le soufre mouillable peut être utilisé.
Regardez la vidéo